Scènes de la vie conjugale: l’imparfaite amitié

La pièce Scènes de la vie conjugale est présentée au Quat’Sous jusqu’au 10 mai.

En grand lecteur intelligent qu’il est, James Hyndman a fait de l’oeuvre bergmanienne Scènes de la vie conjugale un spectacle pertinent, bien construit et astucieux sur le (non)amour et le couple, l’amitié, surtout, qui, elle, survit à tout.

Télésérie et film, l’oeuvre Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman n’a guère vieilli dans cette adaptation scénique présentée au Quat’Sous. Toute personne ayant connu la vie de couple saura se reconnaître en Marianne et Johan. Dans leurs vérités et mensonges, petites et grandes lâchetés, faux-semblants et vrais désespoirs.

Une vidéo captée à Montréal, suivie d’une entrevue avec les deux personnages, nous insère d’abord dans la vie et l’appartement du couple. Chronologiquement, nous assisterons ensuite à la vie et mort de cette union archétypale, mais toujours contemporaine: Johan déclare son infidélité et sa décision de rompre avec Marianne sans crier gare. Leurs rencontres ne pourront, par la suite, qu’être marquées par l’amertume, la colère, la vengeance.

Tous les mots médiatiquement attribués aux hommes (nous faisons référence ici au récent et fort instructif chantier féministe d’Espace GO) peuvent décrire le comportement de Johan: fort, rationnel, déterminé, etc. Tandis qu’on collerait volontiers aux secousses sismiques ressenties par Marianne les adjectifs: sensible, émotive, déprimée.

Mais ce serait sans compter les choix de texte et de mise en scène que pose judicieusement James Hyndman. Johan reconnaît, ici, lui-même sa lâcheté et sa petitesse, alors que Marianne s’élève plutôt en un modèle de résilience et de force. Le temps lui donnera d’ailleurs raison. Les deux ex-époux se retrouveront, une fois remariés avec d’autres personnes, comme amants plus généreux et compréhensifs. Comme de véritables amis.

Ils seront passés, auparavant et bien évidemment, par des scènes douloureuses, tragiques, s’entredéchirant comme chiens enragés. En esprits vengeurs ennuagés dans la détestation pure. Lorsque les deux se mettent à table, au sens propre, pour se parler dans le blanc de leurs yeux courroucés de rouge, représente, en ce sens, un petit morceau émouvant de bravoure.

Interprétation

À ce sujet, James Hyndman passe le test. Il incarne un Johan existentiel et froid, mais aussi vulnérable et repentant qu’un gamin qu’on a pris sur le coup. Il est aidé en cela par une autrice-comédienne hors pair en Evelyne de la Chenelière. Sa Marianne fait rire et bouleverse avant de « vaincre », pourrait-on dire, avec sa résilience tranquille.

Par contre, James Hyndman aurait sans doute profité d’un coup d’œil extérieur sur certains aspects de sa mise en scène. L’utilisation de plans vidéos sur l’arrière-scène, où les comédiens se changent de vêtements pour évoquer le temps qui passe, est en soi intéressante, mais elle devient répétitive et casse la ligne dramatique de la pièce. Même chose pour l’excellente musique qui s’interrompt trop brusquement à chaque nouvelle séquence.

Le texte et l’interprétation font mal par où ça passe. C’est le dur constat que Bergman et Hyndman portent sur la vie amoureuse. Nous sommes tous experts en la matière, il ne faut pas avoir peur de le dire.

D’autant plus que cette version scénique nous amène plus loin encore. Ce beau spectacle dit également qu’en dehors des considérations financières, des biens mobiliers ou immobiliers, des soins à assurer aux enfants, à la famille, aux amis, le couple, un couple, peu importe le genre, survit. Dans un espace hors domicile fixe, dans une intimité sexuelle ou non, dans un échange égalitaire et profond, émerge ce que la romancière Mylène Bouchard a si bien nommé: « l’imparfaite amitié ». Quelque chose. peut-être, comme le parfait amour.

Publicités

  1 comment for “Scènes de la vie conjugale: l’imparfaite amitié

  1. 18 avril 2019 à 12 h 29 min

    ________________________________

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :