THÉÂTRE: Art plastique

Numain de Stéphane Crête, photo: Philémon Crête

Stéphane Crête est de retour à Phénomena avec un travail « d’art plastique », Numain. Ce solo pour acteur et poupée explore les thèmes de transgression, d’éthique, de solitude et des rapports humains, ou ce qu’il en reste, à l’ère du tout-inclus webistique. En peu de mots, beaucoup de sons et encore plus d’images.

Stéphane Crête a cherché sur Kijiji son âme sœur théâtrale, puis auprès des spécialistes des effets spéciaux, mais sa poupée est finalement arrivée par la poste. Il ne s’agit pas d’un intérêt pornographique chez ce chercheur multidisciplinaire. Vulgaire? Jamais. Impudique, oui.

« Dans mes recherches sur les poupées femme, dit-il en entrevue, je me suis aperçu que des hommes en achètent comme compagne de vie, de voyage. Ils regardent un film ou mangent à table avec elle. C’est assez fascinant. »

Son budget ne lui a toutefois pas permis d’explorer les relations homme-femme entre poupées. Il s’est contenté d’une poupée féminine, lourde et inerte qu’il a tenté de désexualiser, à laquelle il essaie de donner vie dans le spectacle.

« Je suis un chercheur faisant des hypothèses. Il m’apparaissait intéressant d’être sur scène avec un acteur non humain pour explorer des zones que je ne pourrais pas explorer avec un acteur humain. En répétition, j’ai pu expérimenter beaucoup parce que je n’avais pas à négocier avec un autre acteur. »

Stéphane crête, photo: Philémon Crête

Stéphane Crête, créateur singulier, avait aussi envie de parler de solitude dans cette performance mi-humaine mi-plastique. Il ne souhaitait cependant pas s’attarder aux relations de pouvoir entre les genres.

Dix ans après son premier solo, Esteban, où il œuvrait seul en studio avec caméra, Numain représente une nouvelle façon de s’éloigner, selon lui, de l’auto-censure, de la représentation et du divertissement.

« Je peux me permettre, en répétition, de faire des affaires trop plates, trop longues ou bizarres. Je me permets d’aller dans ces zones-là. Ensuite, je visionne la vidéo et j’assemble mon squelette. »

Il a tout de même été secondé par les opinions du comédien Didier Lucien et de la marionnettiste Marcelle Hudon. Avec ces « yeux » extérieurs, il a cru bon laisser tomber une structure dramaturgique rigide.

« Ce sont des fragments, mais aussi le récit du voyage d’un homme face à sa solitude, sa sexualité et sa finalité. Le thème de la mort m’intéresse beaucoup. Cette poupée se rapproche d’un cadavre. »

Tragique, Numain?

« J’ai envie de me déjouer. J’ai voulu explorer la gravité de cette dynamique, mais je me donne le droit à quelques moments plus délirants. L’idée c’est aussi d’amener cet objet profane vers quelque chose de plus sacré, de rituel. »

À l’écoute du temps présent, le chercheur s’intéresse également aux questions de contrastes de peau et de corps, de l’âge, de nudité partielle, de marques comme les rides ou bourrelets. Un théâtre corporel, gestuel, mais très peu oral.

« J’ai l’impression que je pourrais ne rien faire avec cette poupée et il se passerait quelque chose. Comme le dit la performeuse Sylvie Tourangeau, qui m’aide aussi, ce n’est pas parce qu’il ne se passe rien que rien ne se passe. « 

La scénographie de Robin Brazill lui permettra également à sortir de la narrativité théâtrale, ajoute-t-il. L’idée reste de montrer, pas d’expliquer. Manière Crête.

« Si je dis aux spectateurs quoi penser, je les prive du plaisir d’agencer eux-mêmes les images. Ça peut sembler austère par moments, mais il y a des gens qui rient de toute façon, peu importe ce que je fais. Je l’assume », conclut-il.

Numain est présenté au Théâtre La Chapelle du 7 au 12 octobre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :