THÉÂTRE: Espace GO fera preuve d’audace à l’automne

Ginette Noiseux

Comme dans toutes les directions artistiques de théâtre, Ginette Noiseux planifie la prochaine saison d’Espace GO avec beaucoup de questions et peu de réponses. Le théâtre du boulevard Saint-Laurent pourrait présenter une production en septembre ou octobre prochain, selon les règles sanitaires de la Santé publique. Mais encore, GO et d’autres théâtres réfléchissent à la possibilité de présenter un grand spectacle collectif pour démontrer l’importance et la force des arts vivants.

En plus de son travail à la direction d’Espace GO, Ginette Noiseux est aussi devenue jongleuse. Pas le choix devant « la non considération et l’improvisation » du ministère de la Culture depuis trois mois, dit-elle. Le théâtre, selon elle et bien d’autres du même milieu, a été négligé depuis le début de la pandémie.

La directrice générale et artistique ne décolère pas face au gouvernement de la CAQ qui n’a considéré les arts vivants qu’en « bout de ligne », mais elle n’en est pas moins à pied d’oeuvre pour planifier une saison 2020-2021 innovante et sécuritaire.

Malgré les contraintes qui risquent de limiter de 60 à 80 le nombre de spectateurs par représentation, Ginette Noiseux indique que des projets sont déjà en préparation.

« Ce n’est pas à nous de réinventer le modèle de financement de l’État puisqu’il s’est effondré. On nous encourage depuis des années à recourir au privé et c’est ce qu’on fait à GO, mais avec la crise, plusieurs entreprises sont au bord de la faillite, alors c’est pas moins de 30% de nos revenus qui viennent de tomber. »

Quant aux créateurs, artistes et artisans, de théâtre, elle souligne qu’elles et ils travaillent toujours avec des contraintes. Le problème ne se trouve donc pas de leur côté.

« Pour les artistes, les entraves peuvent représenter un défi intéressant. Il s’agit de trouver du sens et de la pertinence pour se mettre en marche » a-t-elle fait savoir lors d’une vidéoconférence diffusée sur Zoom, où les amateurs de théâtre pouvaient y aller de leurs commentaires et suggestions.

La directrice de GO aura tenu trois exercices du genre, le dernier ayant lieu lundi prochain, pour prendre le pouls des spectateurs et des gens du milieu théâtral. Elle s’est d’ailleurs dite reconnaissante de la participation du public à la pétition appuyant les arts vivants et réclamant l’attention de Québec.

Rentrée spectaculaire?

Ginette Noiseux a précisé que la rentrée à Espace GO se ferait en trois temps: son équipe récupérera ses espaces de travail en premier lieu, elle sera suivie des artistes dans les espace de création et, enfin, du public en respectant les règles d’éloignement social.

Elle a révélé que plusieurs directions de théâtre sont en contact avec comme objectif de trouver une façon de remettre les arts vivants au devant de la scène, ce qui pourrait prendre la forme d’une grande fresque collective.

« On sent entre les directions artistiques une solidarité et le désir de faire un gros show. Il y aurait là un rituel important pour tout le monde. »

Pour ce qui est de possibles captations de spectacles, la directrice penche davantage en faveur de captation audio que vidéo. Tout en notant que des salles avec de 60 à 80 spectateurs n’étaient pas une solution rentable, elle ne souhaiterait pas d’ailleurs que les interprètes aient l’impression de jouer devant un public « gruyère ».

Déterminée, Ginette Noiseux affirme qu’Espace GO n’a pas l’intention « de se laisser marcher sur les pieds » en vue d’une reprise. Elle croit qu’il faut chercher un équilibre entre les règles de sécurité et les valeurs des tout un chacun pour ce qui est de l’éloignement social, sur scène ou dans la salle.

Financement

Tout changement au fonctionnement du théâtre risque d’avoir des conséquences financières. Là aussi, Ginette Noiseaux déplore le fait qu’il y a eu jusqu’à maintenant peu de réponses concrètes venant des gouvernements.

« On nous promet des nouvelles à la fin août. On va parler à la banque et à notre conseil d’administration au sujet du financement, mais on va le faire avec audace. On ne veut pas faire du théâtre à rabais. »

« C’est une peine d’amour que l’on vit en ce moment, conclut-elle. On a vécu l’inquiétude et la tristesse. C’est un deuil. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :