THÉÂTRE: Un peu d’air, enfin!

C’est un départ ! It’s Lego ! … comme l’amateur francophone de courses de chevaux croyait entendre à Blue Bonnets dans le temps! Jusqu’ici annoncées, il y aura cinq créations et cinq reprises – incluant une traduction – dans les théâtres qui rouvrent leurs portes à partir du 26 mars. Un peu d’air mais, déjà, un sentiment d’engorgement sur les scènes montréalaises.

Le Centaur ouvrira la course dès le début du premier déconfinement des arts de la scène depuis six mois avec Mob, traduction de Chris Campbell et mise en scène Andrew Shaver de la pièce La meute de Catherine-Anne Toupin. Le spectacle avait été présenté 12 fois l’an dernier et la dernière représentation avait eu lieu… le 13 mars 2020!

À La Licorne, où avait été créée La meute justement en 2018, on présentera la pièce très attendue de Steve Gagnon, Les étés souterrains avec Guylaine Tremblay, du 30 mars au 8 mai, dans une mise en scène d’Édith Patenaude. Écrit en 2019, le texte de l’auteur de Os : la montagne blanche est le solo d’une femme racontant sa vision du monde.

Une autre première montréalaise fort intéressante est celle de la pièce Comment épouser un milliardaire, aux Écuries du 13 au 17 avril. Quoi de mieux que de rire des Jeff Bezos de ce monde, grands profiteurs de la pandémie actuelle ? C’est l’adaptation d’un spectacle français d’Audrey Vernon que Michelle Parent joue et dont elle partage la mise en scène avec Véronique Pascal.

Le Prospero propose du 15 avril au 1er mai Mourir tendre du dramaturge haïtien Guy Régis. Il s’agit d’un spectacle créé et interprété par des artistes de la relève: Késia Demers, Gabriel L’Archevêque avec la participation d’Olivier Magnan-Bossé et de Véronique Trottier, sous la direction artistique de Christian Lapointe.

Au Centre du Théâtre d ‘aujourd’hui, on pourra également assister à une pièce avec cinq personnages sur scène du 20 avril au 8 mai. Philippe Cyr met en scène Corps titan (titre de survie), une création écrite et interprétée par Audrey Talbot, accompagnée sur le plateau par de Francis Ducharme, Catherine Larochelle, Papi Maurice Mbwiti et Lena Parker.

Du 22 au 30 avril, le Théâtre Denise-Pelletier présentera, en reprise, Je cherche une maison qui vous ressemble, la pièce de Marie-Christine Lê-Huu, traitant de la relation entre Pauline Julien et Gérald Godin, mise en scène par Benoît Vermeulen.

Chez Duceppe, on en est déjà à deux supplémentaires pour la reprise de la pièce L‘amour est un dumpling, les 15 et 22 avril. Le texte de Mathieu Quesnel et Nathalie Doummar a été créé à La Licorne en 2017. Le Rideau-vert offrira, de son côté. un reprise de Le vrai monde ? de Michel Tremblay, du 20 avril au 23 mai, dans une mise en scène d’Henri Chassé.

Certains théâtres présenteront des pièces en mai et en juin. Le FTA aura lieu du 26 mais au 12 juin en misant sur le talent québécois. Ce printemps pas ordinaire laisse donc entrevoir une rentrée automnale qui ne le sera pas plus. Les reports et les reprises montrent déjà qu’un engorgement s’annonce pour la saison 2021-22 et bien au-delà. Et on ne parle même pas de la possibilité d’un reconfinement dû à une troisième vagie pandémique…

Simon Lacroix et Nathalie Doummar dans L’amour est un dumpling, photo: Danny Taillon