LITTÉRATURE: La glaneuse d’histoires

Pour terminer la belle saison, pourquoi ne pas voguer vers La mariée de corail, livre trépidant au titre évocateur, aperçu sous plusieurs chapeaux de plage et nombre de terrasses? Roxanne Bouchard évoque le polar poétique qui a raflé la place de meilleur vendeur du site leslibraires.ca et qui est déjà traduit en anglais. Entrevue.

Roxanne Bouchard n’a pas froid aux yeux. L’autrice, dramaturge et professeure de littérature au Cégep de Joliette a eu un coup de cœur pour les embruns et le vent en pleine voile. Elle s’est alors mis en tête de naviguer sur le Saint-Laurent et même en pleine mer, en Gaspésie, où se déroulent Nous étions le sel de la mer puis La mariée de corail, les deux premières enquêtes de l’inspecteur Joaquin Moralès, récemment muté à Bonaventure.

L’autrice temporise : « J’ai pris pas mal de cours de voile, mais c’était il y a quelques années, je suis maintenant retournée sur la terre ferme. « 

L’écrivaine a, en effet, investi dans un motorisé caravane avec lequel elle sillonne désormais l’intérieur des terres gaspésiennes. La romancière glisse, mystérieuse: « Je travaille d’ailleurs en ce moment au cinquième livre des enquêtes de l’inspecteur Joaquin Moralès, qui se déroulera cette fois à l’intérieur de la péninsule ».

Puis elle ajoute, avec un des rires francs dont elle est coutumière : «J’avoue que c’est toute une gymnastique mentale de finaliser le volume numéro trois – qui paraîtra normalement au printemps 2021 – pendant la rédaction de l’opus cinq, tout en donnant des entrevues à propos du deuxième roman, La mariée de corail.»

Avide de nouveaux exploits

Roxanne Bouchard, qui s’était lancée dans le roman policier un peu par défi, s’est prise au jeu et a rencontré un succès qui s’est rapidement prolongé à l’international, se laissant capturer dans les filets d’une maison d’édition londonienne très active, Orenda Books. Les célèbres Ragnar Jónasson, Thomas Enger,  Gunnar Staalesen et Kati Hiekkapelto figurent à son catalogue.

« Lorsque je me suis rendue à Londres – pour rencontrer un traducteur – la fondatrice et directrice générale de la maison d’édition Karen Sullivan m’a expliqué qu’un seul bon livre ne l’intéressait pas, qu’elle voulait une série complète et qu’elle pressentait que j’avais assez de coffre pour la lui livrer », raconte l’enseignante.

D’abord un peu ébranlée par un tel vote de confiance, mais toujours avide de nouvelles réussites, Roxanne Bouchard ne s’est pas fait prier longtemps. Le pavillon de la Gaspésienne d’adoption claque donc dorénavant dans toutes les librairies du Commonwealth et une traduction allemande est aussi annoncée.

« J’aime recevoir les commentaires des lecteurs d’Australie et d’autres parties du monde et savoir que la Gaspésie et ses pécheurs de homards leur paraissent pittoresques », lance avec fierté celle dont le dernier roman vient également tout juste de paraître en anglais, sous le titre The Coral Bride.

Le plaisir croît avec le personnage

Dans la baie de Gaspé, le soir de son anniversaire de mariage, la jeune capitaine Angel Roberts disparaît à bord de son homardier. S’est-elle suicidée ou l’a-t-on assassinée? Les lecteurs retrouveront dans La mariée de corail l’inspecteur Joaquin Moralès, Mexicain d’origine. C’est la deuxième enquête de ce héros hors norme. Le plaisir croît-il avec l’usage d’un personnage?

« Oui, répond Roxanne Bouchard, cette fois-ci, le lecteur découvre d’autres traits de caractère de Moralès et j’ai même intégré un de ses fils dans l’intrigue. »

Dans la tête de l’autrice, Joaquin Moralès a une famille mexicaine que les lecteurs apprendront peu à peu à connaître et, en toile de fond, les protagonistes de tout un village qui n’attentent que le moment opportun pour apparaître.

« La création de cet univers m’a donné beaucoup de satisfaction et je crois que sa découverte en procurera autant aux lecteurs », ajoute la prolifique écrivaine. Car Roxanne Bouchard est avantagée d’une incroyable capacité d’écriture.

« Je suis de l’école d’Yves Beauchemin ou de Patrick Senécal. Pour moi, l’écriture est un exercice, une discipline à la quelle il faut sacrifier chaque jour, sans faire relâche car les pages ne s’écrivent pas toutes seules. »


À la rencontre des Gaspésien.n.e.s

 
À la façon d’une toile impressionniste, le style de Roxanne Bouchard nuance les considérations sociologiques, qui sont toujours la toile de fond d’un bon polar, de descriptions pittoresques et poétiques de Gaspé et du Parc Forillon, où se déroule l’intrigue.

« En 1992, le moratoire sur la pêche à la morue a modifié à jamais les activités de pêche commerciale gaspésienne et entre-déchiré des familles », rappelle l’autrice. Ajoutez à cela le romantisme un brin obsessionnel des personnages et des tournures théâtrales amusantes, on voit bien que Roxanne Bouchard n’est pas dramaturge pour rien.

Et oubliez la Gaspésie touristique: les protagonistes de La mariée de corail sont près des pêcheurs et des habitant.e.s de la péninsule. Depuis toujours, la vie est dure en Gaspésie, mais elle y semble encore plus difficile pour les femmes qui choisissent de vivre de la pêche.

« À chacun de mes voyages dans la presqu’île, j’écoute les pêcheurs et les rares pêcheuses, car il y en a encore très peu et c’est encore un métier d’hommes ».

Les habitants reconnaissent maintenant l’autrice et la surnomment la glaneuse d’histoires: «J’écoute de toute mon attention; je n’enregistre jamais, ce qui me permet ensuite de retravailler plus facilement ce que j’ai absorbé».  

Les Gaspésiennes représentées dans La mariée de corail ont un tempérament fort. Kimo, une prof de yoga, aime la mer et tourne autour des bateaux et des pêcheurs. Cela lui vaut une mauvaise réputation même si elle tente de s’en moquer.

« Même si je suis en couple depuis plusieurs années, j’ai fait bien attention en allant visiter les bateaux de pêche et en posant mes questions », concède Roxanne Bouchard. 

Mais les femmes de la péninsule sont inflexibles. L’agente des Pêches, Simone Lord, qui collabore avec l’inspecteur dans le roman, semble provoquer l’ire des pêcheurs par sa seule présence.

«Les lecteurs retrouveront sa personnalité marquante dans la troisième aventure qui se déroulera cette fois aux Îles-de-la-Madeleine», promet Roxanne Bouchard.

En attendant, c’est sur La mariée de corail que les lecteurs s’extasient.


Roxane Bouchard

La mariée de corail

Libre Expression

392 pages