Catégorie : Entrevue

THÉÂTRE: Les Migraaaants noyés dans la Mer des Cynismes

Les interprètes de Migraaaants: Sébastien Dodge, Lesly Velázquez , Luiza Cocora. Sasha Samar et Mohsen El Gharbi, photo: Juan David Padilla

Elles, ils périssent encore en mer. Par centaines, par milliers. Peu importe le climat, leur vie n’est que changements. Le dramaturge roumain Matéi Visniec en a tiré une pièce lucide et percutante, Migraaaants. La metteuse en scène montréalaise Margarita Herrera Dominguez l’a adaptée avec Florence Bobier pour les interprètes Sébastien Dodge, Lesly Velázquez, Luiza Cocora. Sasha Samar et Mohsen El Gharbi. En grande première nord-américaine!

Publicités

THÉÂTRE: Rachel Graton affronte Les Serpents

Rachel Graton, photo: Julie Artacho

Rachel Graton passe de l’écriture au jeu et vice-versa. On la retrouve ici sur la scène d’Espace GO dans une mise en scène de Luce Pelletier de la pièce de la Française Marie NDiaye, Les serpents. Un texte – traitant de violence, d’abus et des réactions suscitées – dont le style onirique s’éloigne du sien, mais dont le propos s’apparente à celui de l’autrice de La nuit du 4 au 5 et de 21.

THÉÂTRE: Rébecca Déraspe fait la leçon

Rébecca Déraspe, photo: Lucas Harrison Rupnik

Le Théâtre I.N.K. présente la pièce de Rébecca Déraspe, Faire la leçon aux Écuries, une plongée dans le corps, au propre et au figuré, professoral. De l’autre côté du miroir et de la salle de cours, les enseignants saignent. Ces humains responsables des cerveaux du futur se montrent sans fard, en plein désarroi. Théâtre de mouvement, Faire la leçon est un vibrant plaidoyer en faveur des profs.

LITTÉRATURE: Yvon Rivard et le plaisir d’apprendre

Yvon Rivard, photo: Dominique T. Skoltz

Yvon Rivard revient sur Le chemin de l’école qu’il a tant parcouru. C’est là précisément qu’il veut amener le lecteur, dans une vision à la fois simple et large de l’enseignement. Dans une école qui enseigne à apprendre, qui donne le goût d’apprendre, plutôt qu’uniquement l’envie d’un emploi bien rémunéré. L’école qui forme des citoyens et non seulement des employés.

LITTÉRATURE: Pierre Samson autopsie le Mile End de 1933

Pierre samson, photo: Sandra Lachance

Pierre Samson a créé un immense roman sociohistorique avec Le mammouth. Un livre minutieux, rigoureux sur un Montréal cosmopolite avant le mot. Le romancier primé a reconstitué un fait divers de 1933 et en a fait le récit d’un quartier, d’une ville corrompue et xénophobe. Il nous livre une leçon d’histoire.

THÉÂTRE: Quelle famille!

Disparu.e.s, photo Caroline Laberge

Présentée chez Duceppe, la pièce Disparu.e.s (August: Osage County) met en scène une famille dysfonctionnelle américaine qui aurait pu tout aussi bien être québécoise. La mort du père fait ressortir la vérité se cachant derrière chacun des membres du clan Weston, la mère et des trois sœurs. Marie-Hélène Thibault joue l’aînée, Barbara, qui refuse de disparaître.

LITTÉRATURE: Frôler la mort de près

Annie Lafleur, photo: Le Quartanier, Justine Latour

Ciguë d’Annie Lafleur marque la fin d’un cycle. Avec ce livre dense, l’autrice reprend la route à moto, à dos de piranha ou de serpent. Elle nous offre un manuel de survie écrit dans une jungle touffue où elle se dévoile, sans se dévoiler. Entre un fusil sur la tempe et une traversée à la nage, elle a respiré à fond et s’est amusé avec la langue. De la grande poésie.

LITTÉRATURE: Futur antérieur

C’est une sorte de roman d’horreur que livre Cécile Wajsbrot avec Destruction. Pas dans le sens gore du terme, mais en ce qu’il décrit le monde sans pitié que devient le nôtre. Notre présent est le passé de ce récit où l’on ne ne jure que par le futur. Pour être heureux, la mémoire et les souvenirs doivent être effacés!

LITTÉRATURE: Une femme libre

Corinne Larochelle, photo: Annie Lafleur

Le dixième livre de Corinne Larochelle, Pour cœurs appauvris, est un inventaire des rapports amoureux et charnels. Publié par Le Cheval d’août, ce recueil foisonnant compte 58 nouvelles ayant souvent des liens entre elles, portées par la sensibilité d’une seule narratrice. Et si les cœurs des amoureux sont appauvris, c’est surtout que l’époque est triste. Les temps sont à l’amour avec un petit « a ». Mais la narratrice ne désespère pas. Riche de ses expériences, elle a de l’humour et papillonne toujours.

Cirque du Soleil: Hugo Bélanger met en scène 绮幻之境

Cirque du Soleil

绮幻之境 (Un monde fantastique) ou X: The Land of Fantasy en anglais. C’est le titre de la 45e création originale et nouveau spectacle permanent du Cirque du Soleil présenté à Hangzhou en Chine, dont la première officielle a lieu demain soir. Hugo Bélanger, metteur en scène de la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit (présentée chez Duceppe l’an dernier et cet été à Saint-Jérôme) est à la barre de cette production gigantesque mettant en vedette une cinquantaine d’artistes. De cirque, mais de la scène aussi, puisqu’il s’agit du spectacle du Cirque « doté de la plus grosse trame narrative de son histoire », estime le metteur en scène québécois.