LITTÉRATURE: Louis-Philippe Hébert, homme à chapeaux

Louis-Philippe Hébert, photo: Diane Paquin

Nouvelliste, romancier, poète, professeur, dramaturge, éditeur, entre autres choses, Louis-Philippe Hébert a écrit beaucoup. Plusieurs prix et une trentaine de livres en 50 ans dans une dizaine de maisons d’édition, dont la sienne, La Grenouillère. Il parle aussi beaucoup. Le lire et l’écouter, c’est le même plaisir, celui des mots, du langage qui s’emballe et d’une bonne histoire à raconter.

Publicités

Théâtre: Les sorcières de Ormstown

Sébastien Gauthier, photo: Julie Perreault

La nouvelle création estivale du Petit Théâtre du Nord a été écrite par quatre femmes de générations différentes: Gabrielle Chapdelaine, Rébecca Déraspe, Mélanie Maynard et Maryse Warda. Présentée du 20 juin au 23 août, la pièce La maison est une comédie dramatique se situant dans un lieu qui a vu la situation des femmes évoluer en près de 100 ans. Le metteur en scène Sébastien Gauthier nous en parle.

Théâtre: GO aux Femmes!

Les louves

Six autrices et cinq metteuses en scène sont derrière les six spectacles que présentera Espace GO en 2019-2020. Cette réjouissante programmation concoctée par Ginette Noiseux reprendra deux succès de la saison qui vient de se terminer et débutera avec une première mondiale en français, Les louves de l’Américaine Sarah DeLappe, pièce finaliste au Prix Pulitzer 2017 en théâtre.

THÉÂTRE: Les prospections du Prospero

Sylvie Drapeau, Carmen Jolin, Paul Ahmarani, Maxime Denommée et Marie-Pier Labrecque. Photo: Émilie Lapointe

Le Théâtre Prospero est lieu de prospection. Sous la direction de Carmen Jolin, la saison 2019-2020 continuera de fouiller sous les apparences et les ambiguïtés du monde actuel. La salle principale du théâtre de la rue Ontario proposera des textes forts aux sujets profonds: des réflexions philosophiques et spirituelles (Les enivrés), une affection trouble entre un adulte et un enfant (Le principe d’Archimède), l’amour véritable (La maladie de la mort), les questions éthiques (Becoming Chelsea), la tragédie d’être femme (Mourir tendre), le monde de l’art (Mademoiselle Agnès).

OFFTA: Vitesse de croisière atteinte

Good Boy, photo: Christian Leduc

Après 13 ans, le OFFTA a atteint sa vitesse de croisière. L’assistance aux spectacles s’est maintenue à 92 %, avec plus de deux tiers de représentations à guichets fermés, du 24 mai au 2 juin. La pertinence d’un événement complémentaire au FTA ne fait pas de doute aux yeux du directeur Vincent de Repentigny eu égard aux résultats, mais aussi par rapport au soutien offert aux artistes émergents.

Théâtre: Brigitte Haentjens vue par…

Avec Ce qui se trame, la dramaturge Mélanie Dupont a réalisé 12 entretiens autour du théâtre de Brigitte Haentjens avec de fidèles collaboratrices.teurs de la metteuse en scène et autrice. De splendides photos d’Angelo Barsetti accompagnent ce livre qui offre des pistes intéressantes au sujet de la création théâtrale et dévoile les complicités au cœur du travail et de la pensée de Brigitte Haentjens. Nous lui avons demandé de décrire comment elle voit certaine.e.s de ces créatrices.eurs qui partagent avec elle la même passion pour le théâtre.

photo: Angelo Barsetti

Littérature: Jonathan Charette remporte le prix Émile-Nelligan

Le recueil Ravissement à perpétuité (Le Noroît) de Jonathan Charette est couronné du prix Émile-Nelligan 2018. Il s’agit de la 40e remise de ce prix prestigieux depuis 1979. Doté d’une bourse de 7500 $, il souligne le travail d’un.e poète de 35 ans ou moins.

Ravissement à perpétuité est le troisième recueil du poète aujourd’hui âgée de 36 ans. Également publiés au Noroît, ses autres titres incluent Je parle arme blanche (Prix de poésie des collégiens en 20130 et La parade des orages en laisse (2015).

Mêlant habilement un regard amusé et ahuri, un récit éclaté et une aventure en pays luxuriant, Jonathan Charette recherche ici « une euphorie perpétuelle », une « collection d’étincelles » dans une sorte de « fête clandestine ». Le poète oeuvre aux sources du langage pour en extraire des couleurs inédites, surprenantes.

Les deux autres finalistes au prix Émile-Nelligan cette année étaient Émilie Turmel (Casse-gueules, Poètes de brousse), et Daphnée Azoulay (Le pays volant, Les Herbes rouges), elles reçoivent chacune une bourse de 500 $.

Le jury 2018 était composé de José Acquelin, France Mongeau et présidé par Gérald Gaudet.

FTA : Théâtre d'(h)auteur

Granma, Trombones de La Havane, photo: Doro Tuch.

Il y a toujours un.e auteur.e au théâtre, au singulier ou au multiple, à la mise en scène ou à la dramaturgie. Le 13e FTA a célébré du 22 mai au 4 juin l’importance du texte. Dans un monde qui nous tombe des mains devant tant de préjugés, de clichés, de courtes vues, d’humeurs et de bruits, le théâtre reste une agora où la pensée peut éclore et se déployer, où s’élever ne signifie pas rabaisser. Non pas pour pérorer, montrer son nombril ou ses connaissances. Non. Parce que simplement, le public, donc le monde, en a cruellement besoin.

FTA: Cow-boy et dentelles

Cutlass Spring est présentée ce soir au Théâtre Prospero.

Cutlass Spring, le nouveau né de Dana Michel, sort de ses tripes comme Yellow Towel et Mercurial George auparavant, trois spectacles, en tout, qui se promènent sur la planète. L’artiste montréalaise continue d’étonner brillamment, et de détonner aussi face aux formes classiques et même contemporaines, avec sa façon bien à elle d’allier danse, théâtre et performance.

FTA : Un(e) président(e) et des ministres non élus au Québec!?!

Fruit d’une initiative fort bienvenue, porté par une activité citoyenne sans précédent, le projet Constituons! de Christian Lapointe est un animal politico-théâtral à deux têtes qui ne s’entendent pas toujours bien ensemble. Pourtant, le résultat final, le texte de cette Constitution citoyenne du Québec, écrit par une quarantaine de Québécois, représente une véritable avancée politique qui impose le respect, voire l’admiration.

Constituons!, photo: Alexis Chartrand