THÉÂTRE: Quelle famille!

Marie-Hélène Thibault et Christiane Pasquier dans Disparu.e.s, photos Caroline Laberge

Présentée chez Duceppe, la pièce Disparu.e.s (August: Osage County) met en scène une famille dysfonctionnelle américaine qui aurait pu tout aussi bien être québécoise. La mort du père fait ressortir la vérité se cachant derrière chacun des membres du clan Weston, la mère et des trois sœurs. Marie-Hélène Thibault joue l’aînée, Barbara, qui refuse de disparaître.

Publicités

THÉÂTRE: Valparaiso, les rêves en exil

Valparaiso, photos: Olivier Hardy

Présentée dans le cadre du festival Phénomena, la pièce Valparaiso de Singulier pluriel nous fait voyager dans le temps et l’espace. Entre le Chili et Montréal, entre le rêve et la réalité. C’est un exploit de mise en scène, d’interprétation et de scénographie, présenté dans le superbe écrin de la Chapelle Fullum, et ce, même si le récit nous perd à quelques reprises en chemin.

LITTÉRATURE: Frôler la mort de près

Annie Lafleur, photo: Le Quartanier, Justine Latour

Ciguë d’Annie Lafleur marque la fin d’un cycle. Avec ce livre dense, l’autrice reprend la route à moto, à dos de piranha ou de serpent. Elle nous offre un manuel de survie écrit dans une jungle touffue où elle se dévoile, sans se dévoiler. Entre un fusil sur la tempe et une traversée à la nage, elle a respiré à fond et s’est amusé avec la langue. De la grande poésie.

THÉÂTRE: Femmes de feu

Ximena Ferrer et Julie Vincent, photo: Caroline Hayeur

Julie Vincent et sa compagnie Singulier pluriel voyagent partout dans les Amériques à la recherche de la fibre des rêves, de rencontres inspirantes et d’histoires universelles. Au festival Phénomena, cela nous donnera Valparaiso, un texte de Dominick Parenteau-Lebeuf – publié jeudi aux Éditions Lansman – qu’elle met en scène, et interprète avec Ximena Ferrer, sa codirectrice de Singulier pluriel. Sur scène également: Camila Forteza, Lesly Velasquez et Guillaume Champoux.

LITTÉRATURE: Des autrices et auteurs réclament une rétribution équitable

Une Déclaration des autrices et auteurs contre le travail gratuit circule sur le web depuis quelques jours. À la suite d’une prise de position de Marie Darsigny (Trente) sur Facebook à propos d’un travail d’écriture non rémunéré, Pierre-Luc Landry (Les corps extraterrestres) et Lucia Carballo (Créatures de hasard) ont décidé de prolonger le débat sur une plateforme publique.

LITTÉRATURE: Transcender la peur

La Peuplade poursuit son merveilleux périple dans les contrées du Nord avec Agathe, un livre extrêmement raffiné de la Danoise Anne Cathrine Bomann. Un psychanalyste en toute fin de carrière reçoit, à son corps défendant, une nouvelle patiente, Agathe, une femme au bout de son rouleau. Entre deux personnes qui n’attendent plus rien de la vie, l’inattendu peut alors survenir.

LITTÉRATURE: Futur antérieur

C’est une sorte de roman d’horreur que livre Cécile Wajsbrot avec Destruction. Pas dans le sens gore du terme, mais en ce qu’il décrit le monde sans pitié que devient le nôtre. Notre présent est le passé de ce récit où l’on ne ne jure que par le futur. Pour être heureux, la mémoire et les souvenirs doivent être effacés!

LITTÉRATURE: Nelly Forever

Le premier roman de Karine Rosso construit un fort beau dialogue littéraire avec Nelly Arcan. À mille lieues de perceptions masculinistes aberrantes ou des préjugés populaires, l’autrice entremêle sa propre histoire à celle de la grande écrivaine disparue il y a 10 ans. Malgré quelques bémols, l’audace et l’originalité de cette démarche sont admirables.

LITTÉRATURE: La pomme d’Adam

Adam a la pomme, c’est-à-dire qu’il est l’élu d’une femme, son épouse, qui lui a donné pas seulement une, mais deux chances dans la vie. Malgré la maladie, il a la pêche aussi, il est le plus fortuné des hommes même s’il l’ignore. La narratrice de Une deuxième chance pour Adam, elle, a presque tout d’une sainte. Entre la chance et le courage, le très beau roman de Felicia Mihali nous apprend l’amour conscient.