D’origine togolaise, Radjoul Mouhamadou parle anoufoh, haoussa et français, notamment. Publié chez Somme toute, son essai Créoliser le québécois soutient que la langue d’ici pourrait devenir un créole affichant à la fois sa différence et sa vitalité. Ce sujet délicat est traité avec une certaine candeur qui pourrait, toutefois, être mal interprétée.