Le Farah nouveau célèbre le mariage et la famille. Enfin, pas tout à fait et pas jusqu’au bout non plus. Avec Mille secrets mille dangers, le romancier joue de la narration et des temporalités habilement, même si certaines intrigues auraient pu être développées davantage. Un roman engageant, captivant et aventureux, malgré des dangers pas toujours évités.

En plus de sa participation comme comédienne à la pièce Les filles du Saint-Laurent présentée en ce moment à Paris, Émilie Monnet travaille à la création de Marguerite : le feu – une œuvre relatant la vie de l’esclave autochtone Marguerite Duplessis – qui sera présentée au printemps. Cette artiste multidisciplinaire a créé plusieurs spectacles en une dizaine d’années. Okinum est sa première pièce publiée.

Pendant que le débat fait rage sur la cession ou non du territoire de l’île de Montréal aux Européens au 16e siècle, l’anthropologue Roland Viau lance de nouvelles et intéressantes hypothèses dans son plus récent essai : Gens du fleuve, gens de l’île. Hochelaga en Laurentie iroquoienne au XVIe siècle. L’histoire est toujours à réécrire, dit-on, surtout d’un point de vue du mode d’occupation et du concept de propriété du territoire.

Thao Nguyen Phan, Becoming Alluvium, 2019, vue d’installation à Occurrence dans le cadre de MOMENTA 2021. Photo : Jean-Michael Seminaro

Thao Nguyen Phan est une artiste vietnamienne qui dit vouloir créer – dans un amalgame qui réunit peinture, installation, vidéo et performance – des champs théâtraux. En ceux-ci, prennent corps des histoires aux références anciennes et des réalités actuelles. Becoming Alluvium, à la galerie Occurrence, donne de cette volonté un exemple saisissant.

BUSH Gallery (Gabrielle L’Hirondelle Hill, Peter Morin, Tania Willard) + les enfants, la famille, le territoire et les chiens, vue de l’exposition MOMENTA x OPTICA DIFFRACTION. DE LA LUMIÈRE ET DU TERRITOIRE, 2021. Matériaux divers.
Avec l’aimable autorisation des artistes. Crédit photo : Paul Litherland

Lors de notre dernière recension, nous avons couvert l’exposition de Bertrand Carrière. Elle faisait partie du programme satellite de Momenta. Biennale de l’image. La thématique principale de l’événement, Quand la nature ressent, a guidé le choix des commissaires Stefanie Hessler, Camille Georgeson-Usher, Maude Johnson et Himali Singh Soin. La présente exposition, Diffraction. De la lumière et du territoire, tenue à la Galerie Optica, est une des déclinaison de cette perspective englobante. Elle réunit les œuvres des artistes autochtones Gabrielle L’Hirondelle Hill, Peter Morin et Tania Willard, alliés sous la bannière BUSH Gallery.

Exposition Irlande et Miroirs acoustiques de Bertrand Carrière à la galerie Simon Blais, vue d’ensemble, photo: Guy L’Heureux

Présentée à la Galerie Simon Blais et recommandée dans le cadre du programme satellite de MOMENTA 2021, l’exposition Irlande et Miroirs acoustiques de Bertrand Carrière réunit trois corpus photographiques : deux portant sur l’Irlande (1986 et 2019) et un troisième sur les miroirs acoustiques, structures de béton se dressant dans le Kent et le Yorkshire, en Angleterre. Des « apparitions mémorables » pour le photographe.

Auteure de récits, de romans, de recueils de poésie et d’un conte, Laure Morali est aussi connue comme une alliée non seulement, mais aussi fidèle très active de la nation innue. Elle a dirigé, parfois en tandem avec des pairs, des anthologies qui mettent l’accent sur cette réalité culturelle singulière et tentent aussi des rapprochements entre occupants récents et de plus ancienne origine du territoire du Québec.

Le présent essai pourrait s’intituler « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Autochtones du Canada et aviez peur de demander ». Ce livre a été écrit par une personne qui a une connaissance étendue et personnelle de la situation de ceux-ci, autant par son vécu propre, car elle est Métis, que par sa connaissance du droit. Chelsea Vowel est en effet enseignante de la langue crie à la Faculté des études autochtones de l’Université de l’Alberta, professeure et spécialiste du droit, en plus d’être la cofondatrice de l’organisme Métis in Space Land Trust.

 Martin Désilets, Lieux-monuments 15, Bâle, 2021, impression à jet d’encre sur papier Hahnemühle Photo Rag Baryta montée sur aluminium, 50,8 x 76,2 cm. Photo : Martin Désilets.

Martin Désilets poursuit, au Musée d’art de Joliette, une quête commencée il y a quelque temps déjà. Avec Matière noire, il avait déjà présenté les œuvres résultant d’un semblable protocole de travail à la Galerie Occurrence, en 2019. Il s’agit pour lui d’une saisie effrénée de tableaux de collection, les accumulant tels des strates, s’empilant les une sur les autres, jusqu’à brouiller toute reconnaissance des œuvres photographiées à l’infini. Les tableaux réunis est le titre de sa nouvelle expo.