THÉÂTRE : Les finalistes aux Prix de l’AQCT

Les finalistes aux Prix de l’Association québécoise des critiques de théâtre (section Montréal) sont connus. Cinq productions de la saison 2021-2022 ont reçu deux nominations chacune: Je suis un produit, Vernon Subutex 1, La métamorphose, Pas perdus | Documentaires scéniques et Rose et la machine.

Voici les finalistes aux Prix de l’AQCT pour la saison 2021-2022. Les critiques montréalais remettent cette année sept prix qui récompensent le travail des artistes de théâtre oeuvrant autant en théâtre jeunesse qu’adulte.

Meilleur spectacle :
PAS PERDUS | DOCUMENTAIRES SCÉNIQUES, d’Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier, dans une mise en scène d’Émile Proulx-Cloutier.
ULSTER AMERICAN, de David Ireland, traduit par François Archambault, dans une mise en scène de Maxime Denommée.
VERNON SUBUTEX 1, d’Angela Konrad, d’après Virginie Despentes, dans une mise en scène
d’Angela Konrad.

Meilleur texte original :
JE SUIS UN PRODUIT, de Simon Boudreault.
NASSARA, de Carole Fréchette.

ROSE ET LA MACHINE, de Maude Laurendeau.

Meilleure mise en scène :
ANGELA KONRAD, pour Vernon Subutex 1, d’Angela Konrad, d’après Virginie Despentes.
ÉMILE PROULX-CLOUTIER, pour Pas perdus | documentaires scéniques d’Anaïs Barbeau-Lavalette
et Émile Proulx-Cloutier.
JEAN-SIMON TRAVERSY, pour Manuel de la vie sauvage, de Jean-Philippe Baril Guérard.

Meilleur concepteur ou meilleure conceptrice :
PATRICE CHARBONNEAU-BRUNELLE, pour sa conception du décor de Rose et la machine, de
Maude Laurendeau.
PIERRE-ÉTIENNE LOCAS, pour sa conception du décor de La Métamorphose, de Claude
Poissant, d’après Franz Kafka.
L’ÉQUIPE DE CONCEPTION DE RACONTARS ARCTIQUES, pour sa conception du décor, des
accessoires, des marionnettes, de l’environnement sonore et des éclairages de Racontars arctiques, de Jørn Riel, traduit par Susanne Juul et Bernard Saint Bonnet, et adapté par Anne Lalancette.

Meilleure interprétation féminine :
KATHLEEN FORTIN, pour son rôle dans Toutes choses, de Fanny Britt, dans une mise en scène
d’Alexia Bürger.
JULIE LE BRETON, pour son rôle dans Les Dix commandements de Dorothy Dix, de Stéphanie
Jasmin, dans une mise en scène de Denis Marleau.
EMMANUELLE LUSSIER-MARTINEZ, pour son rôle dans Les Sorcières de Salem, d’Arthur Miller,
traduit et adapté par Sarah Berthiaume, dans une mise en scène d’Édith Patenaude.

Meilleure interprétation masculine :
ALEX BERGERON, pour son rôle dans La Métamorphose, de Claude Poissant, d’après Franz
Kafka, dans une mise en scène de Claude Poissant.
ÉRIC BERNIER, pour son rôle dans Je suis un produit, de Simon Boudreault, dans une mise en
scène de Simon Boudreault.
ROGER LA RUE, pour son rôle dans Rita au désert, d’Isabelle Leblanc, dans une mise en scène
d’Isabelle Leblanc.

Meilleur spectacle jeune public :
BOIS, de Csaba Raduly et Pavla Mano, dans une mise en scène de Csaba Raduly et Pavla Mano.
CHANSONS POUR LE MUSÉE, de Karine Sauvé et David Paquet, dans une mise en scène de
Karine Sauvé et Anne-Marie Guilmaine.
IL N’Y AURA PLUS D’ÉLÉPHANT, de Fabien Fauteux, dans une mise en scène de Fabien Fauteux.

Les Prix de la critique sont remis annuellement depuis 1985, à Québec et à Montréal, à la suite
d’un vote des membres de l’Association québécoise des critiques de théâtre suivi d’une
discussion. L’AQCT compte près d’une quarantaine de membres œuvrant dans une vingtaine de
médias à Montréal et à Québec

La soirée de remise des Prix de l’AQCT aura lieu le 5 décembre prochain.