Daniel Leblanc-Poirier est un toxicomane repenti. Il a lâché toutes les drogues… ou presque. Pas l’écriture. Et c’est bien tant mieux que ce grand cœur sur deux pattes continue d’explorer les bas-fonds pour en faire émerger des perles. Deux recueils en moins d’un an pour lui: Zoo (L’écrou) et Mélasse (L’Hexagone).

José Claer, photo Marie-Pierre Drolet

La diversité sexuelle ouvre de nouveaux champs artistiques et littéraires. De nouveaux territoires lexicaux et narratifs, explorés par des artistes de plus en plus nombreux à évoluer en marge des concepts cisnormatifs. José Claer est de ceux-là. Son plus récent recueil Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres nous donne accès à une réalité crue, fantasmée, métaphorique, luxuriante. La sienne.