THÉÂTRE : Tous les chemins mènent à Boisbriand

Benoît Archambault, Sébastien Gauthier, Mélanie Saint-Laurent, Marie Reid et Luc Bourgeois, photos: François Larivière

Envie d’un spectacle des fêtes qui ne soit ni une série de sketchs parodiques ni une rétrospective de l’année 2022 ? C’est à Boisbriand qu’il faut aller « Tracer sa route ». Sur ce thème des chemins qui se croisent et décroisent dans la vie, le Petit Théâtre du Nord présente ses Veillées Festives pour une deuxième année de suite. Et aussi de retour à la mise en scène : Benoît Vermeulen.

Inspirées par les défuntes mais néanmoins agréables Foirées montréalaises de La Licorne, les Veillées festives racontent des histoires inédites se situant dans les Basses-Laurentides. Situé près des autoroutes 13 et 15 et, anciennement, du chemin de fer emprunté par le P’tit Train du Nord, le Petit Théâtre du Nord a fait appel aux auteurs et autrices suivant.es cette année: Martin Bellemare, Rébecca Déraspe, Nico Gagnon, Marilou Leblanc, Luc Bourgeois, Sébastien Gauthier et Mélanie St-Laurent pour tracer la route.

« Les routes ont permis à la région de se développer, précise le metteur en scène Benoît Vermeulen. On le prend autant d’un point de vue philosophique, comme dans « tracer son chemin », que de l’histoire, de personnages légendaires, de la construction ou, évidemment, des embouteillages. »

Les Veillées festives ne se veulent pas un spectacle de Noël comme tel, même si l’hiver peut y être évoqué, comme dans la scène s’inspirant du célèbre carambolage de l’A13 ren 2017 où des automobilistes avaient dû passer la nuit dans leur véhicule.

« Rebécca Déraspe, de son côté, propose une perspective féministe. Elle a écrit un conte de chasse-galerie à la moderne. Récente diplômée, de son côté, Marilou Leblanc parle des grandes rues de village d’autrefois avec la présence d’un personnage LBGTQ+. Les sujets vont dans toutes sortes de directions. Du conte au réalisme en passant par des témoignages. »

Benoît Archambault

La soirée se veut festive dans le sens où des échanges ont lieu avec les spectacteursqui peuvent même consommer pendant la pièce. La musique occupe une grande place aussi, notamment entre les différentes histoires racontées et interprétées par les trois complices du PTdN, Luc Bourgeois, Sébastien Gauthier, Mélanie St-Laurent, ainsi que Marie Reid et Benoît Archambault qui est aussi musicien.

« C’est un spectacle sans prétention, note le metteur en scène. J’adore monter ce spectacle parce qu’il ressemble à la troupe du PTdN. C’est un groupe accueillant, rassembleur et proche de son public. On a l’impression d’être à la maison avec eux, sans quatrième mur. »

« La mise en scène d’un tel spectacle, conclut Benoît Vermeulen, a beaucoup à voir avec l’organisation. La scénographie, on l’aborde avec la façon dont on dispose des lieux, comment on les décore. On va jouer dans un sens de la salle qu’ils n’ont jamais utilisé encore. J’adore travailler de cette façon, ça me change des projets qui sont plus sur le long terme. On le fait avec cœur et intuition. Ça va être la fête! »


Les deuxième édition des Veillées festives est présentée au Petit Théâtre du Nord du 1er au 17 décembre.