Catégorie : Théâtre

THÉÂTRE: Les Migraaaants noyés dans la Mer des Cynismes

Les interprètes de Migraaaants: Sébastien Dodge, Lesly Velázquez , Luiza Cocora. Sasha Samar et Mohsen El Gharbi, photo: Juan David Padilla

Elles, ils périssent encore en mer. Par centaines, par milliers. Peu importe le climat, leur vie n’est que changements. Le dramaturge roumain Matéi Visniec en a tiré une pièce lucide et percutante, Migraaaants. La metteuse en scène montréalaise Margarita Herrera Dominguez l’a adaptée avec Florence Bobier pour les interprètes Sébastien Dodge, Lesly Velázquez, Luiza Cocora. Sasha Samar et Mohsen El Gharbi. En grande première nord-américaine!

Publicités

THÉÂTRE: Rachel Graton affronte Les Serpents

Rachel Graton, photo: Julie Artacho

Rachel Graton passe de l’écriture au jeu et vice-versa. On la retrouve ici sur la scène d’Espace GO dans une mise en scène de Luce Pelletier de la pièce de la Française Marie NDiaye, Les serpents. Un texte – traitant de violence, d’abus et des réactions suscitées – dont le style onirique s’éloigne du sien, mais dont le propos s’apparente à celui de l’autrice de La nuit du 4 au 5 et de 21.

THÉÂTRE: Rébecca Déraspe fait la leçon

Rébecca Déraspe, photo: Lucas Harrison Rupnik

Le Théâtre I.N.K. présente la pièce de Rébecca Déraspe, Faire la leçon aux Écuries, une plongée dans le corps, au propre et au figuré, professoral. De l’autre côté du miroir et de la salle de cours, les enseignants saignent. Ces humains responsables des cerveaux du futur se montrent sans fard, en plein désarroi. Théâtre de mouvement, Faire la leçon est un vibrant plaidoyer en faveur des profs.

THÉÂTRE: Les amoureux, diablement drôle!

Catherine Chabot (Eugenia), Maxime Genois (Fulgenzio) dans Les amoureux, photos: Gunther Gamper.

De la comédie de très haut niveau. Voilà ce que nous offre Catherine Vidal au Théâtre Denise-Pelletier avec son adaptation de la pièce bicentenaire de Goldoni, Les amoureux. Le spectacle endiablé et les interprètes survoltés font sourire et rire pendant 100 minutes bien comptées.

THÉÂTRE: Création du Prix Jovette-Marchessault pour les femmes en théâtre

Sur la photo : Mayi-Eder Inchauspé, directrice de l’administration et des ressources humaines d’ESPACE GO, Micheline Chevrier, directrice artistique et générale d’Imago Théâtre, Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal, Marie-Ève Milot, codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée et représentante des F.E.T., Ginette Noiseux, directrice générale et artistique d’ESPACE GO, Elkahna Talbi, autrice, poétesse, artiste de spoken word et comédienne, membre des F.E.T.

(Photo Caroline Laberge)

Sept mois après la tenue du Chantier féministe sur la place des femmes au théâtre organisé par Espace GO, le comité de direction de l’événement met de l’avant neuf recommandations pour atteindre la parité femmes-hommes au théâtre. En outre, Espace GO et le Conseil des arts de Montréal, en collaboration avec Imago Théâtre, Le Théâtre de l’Affamée et les Femmes pour l’équité en théâtre (F.E.T.) annoncent la création du Prix Jovette-Marchessault doté d’une bourse de 20 000 $

THÉÂTRE: Le déclin de l’Amérique

Disparu.e.s, photos: Caroline Laberge

Au-delà du rire, beaucoup de sortes de rires en fait, la pièce Disparu.e.s porte véritablement sur la disparition de la famille. On peut y lire également la désintégration d’une société cynique composée d’individus mesquins et profondément malheureux. Ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle, sait-on, et René Richard Cyr l’a bien compris en administrant, avec ce spectacle captivant, une superbe taloche à la face de l’hypocrisie.

THÉÂTRE: Manifeste de la jeune femme

Avec Le ravissement, Étienne Lepage et Claude Poissant ont créé un spectacle sans compromis et rare. Cette pièce mystérieuse, exigeante, ravit et cogne, déséquilibre et fait rire. Du théâtre de création comme il s’en fait peu ou plus du tout, a-t-on parfois l’impression. Un spectacle qui ne fait pas de cadeau, mais qu’on est d’autant plus satisfait de recevoir.

THÉÂTRE: Sissi exploratrice

Nathalie Doummar et Mustapha Aramis dans Sissi, photo: Sylvie-Ann Paré

Le dira-t-on assez. Le théâtre a besoin de peu pour faire rire et pleurer. Un bon texte, des actrices.teurs allumé.e.s et dirigé.e.s par une mise en scène fine et attentive. De et avec Nathalie Doummar, Sissi s’avère déjà l’un des meilleurs spectacles de cette jeune saison.

THÉÂTRE: Quelle famille!

Disparu.e.s, photo Caroline Laberge

Présentée chez Duceppe, la pièce Disparu.e.s (August: Osage County) met en scène une famille dysfonctionnelle américaine qui aurait pu tout aussi bien être québécoise. La mort du père fait ressortir la vérité se cachant derrière chacun des membres du clan Weston, la mère et des trois sœurs. Marie-Hélène Thibault joue l’aînée, Barbara, qui refuse de disparaître.

Cirque du Soleil: Hugo Bélanger met en scène 绮幻之境

Cirque du Soleil

绮幻之境 (Un monde fantastique) ou X: The Land of Fantasy en anglais. C’est le titre de la 45e création originale et nouveau spectacle permanent du Cirque du Soleil présenté à Hangzhou en Chine, dont la première officielle a lieu demain soir. Hugo Bélanger, metteur en scène de la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit (présentée chez Duceppe l’an dernier et cet été à Saint-Jérôme) est à la barre de cette production gigantesque mettant en vedette une cinquantaine d’artistes. De cirque, mais de la scène aussi, puisqu’il s’agit du spectacle du Cirque « doté de la plus grosse trame narrative de son histoire », estime le metteur en scène québécois.