Le plus récent roman de Louis-Philippe Hébert parle de magie. Celle qui se donne en spectacle, mais aussi celle qui est partout autour de nous et en nous. Le récit aborde la vie d’un fonctionnaire asocial dont l’existence même relève du miracle. L’ensorcellement narratif passe aussi par l’écriture d’un magicien du verbe, un prestidigatateur capable de nous enfirouaper comme pas un.

« La parole passe à travers le miroir. Votre fille qui était muette ne l’est plus. Après la parole empêchée, le flot irrépressible peut advenir. » Ainsi débute… Écrits au noir de France Théoret en 2009. Toujours aux Éditions du remue-ménage, La forêt des signes procède des mêmes « réflexions passionnées » de la poète-essayiste-romancière qui poursuit sa quête de vérité à travers une vie d’écriture, portée par l’expérience des femmes à peine sorties de la forêt noire du mépris.