Denise Desautels, France Mongeau, Nicole Brossard, Toni Clapés, Diane Régimbald et Martine Audet dans La Casa de la llum, photo : Eric Viladrich

Lumière, amitié, poèmes. Six poètes ont célébré la parole dans La casa de la llum présenté le lundi 26 septembre 2022 à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts. Les poèmes de cinq femmes d’ici et d’un Catalan ayant traversé l’Atlantique dans le cadre de cette soirée unique et mémorable.

Stéphane Despatie et Corinne Chevarier, photo: Patrick Bourque

Deux poètes fondent une nouvelle maison d’édition. Quelle sera la première parution ? Euh non, les Éditions Mains libres ne publient pas de poésie. Enfin, au début, non. Pas question disaient les fondateurs Corinne Chevarier et Stéphane Despatie en 2021. Cet automne, ils publient huit recueils. Que s’est-il passé après une dizaine de publications de tous les genres depuis un an pour faire dévier le petit navire de sa trajectoire ?

Après six livres, dont trois aux Herbes rouges, Jean-Sébastien Huot a trouvé un nouveau toit, la maison d’édition Mains libres, dirigée par Stéphane Despatie et Corinne Chevarier, afin d’y publier un recueil de poésie regroupant ses propres illustrations. Demeures renvoie à la matrice, au réconfort maternel, à la confiance qu’elle donne pour affronter le monde.

Robert Cookson dans Eklats, photo : Collectif Cookson-Lachance

L’avenir du cirque est déjà là. Et c’est un peu beaucoup celui des arts vivants en général qui s’y joue en raison d’une volonté hautement inclusive et interdisciplinaire. Depuis quelques années, le festival Montréal complètement cirque (MCC) démontre que les arts circassiens peuvent englober les autres sans coup férir. Ce n’est pas un hasard si plusieurs des jeunes artistes d’avant-garde sont passés par l’École nationale de Montréal. Et ça ne fait que commencer…

Pierre Nepveu, poète, romancier et essayiste, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages qui lui ont valu de nombreux prix. Il a remporté 3 fois le prix du Gouverneur général : pour un essai (1998) et deux recueils de poésie (1997 et 2003). Évidemment, il est connu pour son imposante biographie de Gaston Miron. Depuis quelques années, on voit son nom apparaître au bas de lettres envoyés aux journaux, touchant à des questions d’actualité sur la condition québécoise. Il faut croire qu’il n’en avait pas fini avec ces questions. Elles sont au coeur de ce dernier opus.

Le poète Frédéric Dumont a déménagé, mais il a gardé sa chambre. Survivant à la fermeture de la maison d’édition l’Écrou, il retrouve chez Les herbes rouges la même liberté lui permettant d’être à l’écoute de l’intime et du langage. Ce qui le sauve, ce qui l’aide à maintenir le rythme et le souffle dans sa Chambre minimum, son quatrième recueil.

Quelqu’une, photo: Éva-Maude TC

Du 26 mai au 5 juin, le 16e OFFTA présente ses nouveaux espaces de création et d’exploration, des laboratoires qui deviendront les spectacles de demain. C’est l’occasion pour le public d’exercer son oeil fouineur avec ce plaisir toujours renouvelé de la découverte. Dans cet esprit, Camille Paré-Poirier présente Quelqu’une en tentant de raconter une mort ordinaire, celle d’une proche.

Une nouvelle direction artistique, première présence de plusieurs poètes, des lieux inédits… le 23e Festival de la poésie de Montréal revêt une nouvelle robe conçue avec un tissu qui a démontré ses qualités dans le passé. Un renouveau dans la continuité sou le thème « D’une poésie à l’autre » du 30 mai au 5 juin un peu partout en ville.