Adam Basanta
Reina Sofia Geometric Object (after Augusto de Campos and Julio Plaza), 2022 Archival pigment print. Computer-generated aggregate using 44 images from Museo Reina Sofia collection / Impression jet d’encre. Ensemble généré par ordinateur de 44 œuvres de la collection du Museo Reina Sofia. 28 x 20.5 in.

Adam Basanta en est déjà à sa deuxième exposition cette année dans le grand Montréal, si on juge que celui-ci englobe la ville de Laval. Après avoir présenté Futurs possibles à la salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval, il exhibe des œuvres récentes qui rappellent quelque peu celles offertes dans la même galerie, Ellephant, en 2019, sous le titre de Paysage Passé Futur.

Vue partielle de l’exposition Configurations du sensible de Béchard Hudon, Salle Alfred Pellan de la Maison des arts de Laval, 2022. Photo : Richard-Max Tremblay
 

Le duo composé de Catherine Béchard et Sabin Hudon s’emploie depuis un bon nombre d’années à représenter, dans des machines élaborées, ce qui frappe nos sens au plan perceptif. Mouvements et sonorités reproduites servent donc à présenter une plastique en action de ce qui ne nous surprend plus tant cela est quotidien. Le monde bouge et résonne et c’est donc à ce niveau, au ras de ces modalités les plus usitées et normales de ce qui se meut que ces deux artistes veulent poursuivre leur exploration.

Vue d’exposition. Toutes les photos d’Isabelle Hayeur

Le projet était dans l’air depuis quelque temps déjà. L’artiste et sa commissaire, Isabelle Hayeur et Mona Hakim, planchaient sur une exposition en trois volets, accompagnée d’une publication ambitieuse par sa portée et son nombre de pages et, évidemment, d’œuvres reproduites. Tout cela était prévu pour l’automne et voilà que frappe la deuxième vague de cette pandémie! Qu’à cela ne tienne, on a tant attendu et espéré et nous revoilà enfin à pouvoir arpenter les salles des galerie et musées! D’ailleurs fermés pour des raisons qui ne tiennent pas la route…

Vue de l’exposition, Photo: Guy L’Heureux

Ce n’est pas la première fois qu’à la Maison des Arts de Laval, dans la salle Alfred-Pellan, on se livre à pareille excentricité. Cette fois, c’est sous la direction de la commissaire Ariane Plante que deux artistes unissent leurs forces dans le but de former sens autour d’œuvres fort différentes mais ici complémentaires. Ce qui compte met en relation les travaux de la cinématographe expérimentale Andrée-Anne Roussel et de l’artiste en nouveaux médias Samuel Saint-Aubin.