La culture du viol. Ceux et celles qui ont encore peur de l’expression peuvent continuer à lire leurs journaux à potins. Pour les autres, c’est bel et bien du pouvoir des hommes sur le corps des femmes dont il est question dans La brèche (The McAlpine Spillway) (La brèche) de Naomi Wallace, fort habilement mis en scène par Solène Paré à Espace GO.

Disparu.e.s, photos: Caroline Laberge

Au-delà du rire, beaucoup de sortes de rires en fait, la pièce Disparu.e.s porte véritablement sur la disparition de la famille. On peut y lire également la désintégration d’une société cynique composée d’individus mesquins et profondément malheureux. Ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle, sait-on, et René Richard Cyr l’a bien compris en administrant, avec ce spectacle captivant, une superbe taloche à la face de l’hypocrisie.