Ce roman paru à la fin de 2019 s’avère un antidote aux déchirements inhérents à la question de l’appropriation culturelle. Marie-Pier Poulin a vécu une bonne partie de sa vie chez les Inuits et les Cris. Elle a écrit un livre tout en nuances et en équilibre au sujet d’un jeune homme qui retourne chez lui 25 ans après avoir vécu en ville, chez les Blancs. L’expérience du Nord de la néo-romancière lui permet de pouvoir comprendre en s’éloignant des clichés et des préjugés.

Dans ses essais, Jocelyn Létourneau a toujours tenté de cerner, avec nuance et détachement, ce qui pouvait être la pléiade des aspirations des Québécois, dans tout ce que celles-ci pouvaient avoir de multiples et même, parfois, de contradictoires. Dans La Condition québécoise, il continue dans cette voie. Il s’y essaie non sans un clin d’oeil, dont certains s’offusqueront peut-être, dans le complément qu’il donne à son titre, Une histoire dépaysante.