Le troisième recueil de Toino Dumas, pourritures terrestres, quoique différent dans sa forme, continue d’imaginer ce que la poète « nomme futur ». En toute humilité, mais en toute sagesse aussi. L’autrice suit les liens unissant le monde vivant et les célèbre. Cette fois en compagnie des illustrations de Lee Lai, chez L’Oie de Cravan.

José Claer, photo Marie-Pierre Drolet

La diversité sexuelle ouvre de nouveaux champs artistiques et littéraires. De nouveaux territoires lexicaux et narratifs, explorés par des artistes de plus en plus nombreux à évoluer en marge des concepts cisnormatifs. José Claer est de ceux-là. Son plus récent recueil Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres nous donne accès à une réalité crue, fantasmée, métaphorique, luxuriante. La sienne.