Dans le nuage, Hugo B. Lefort

La 15e édition du Festival TransAmériques prend l’allure d’une immense bouée de sauvetage devant le raz-de-marée qui menace, depuis un an, d’emporter les arts vivants. Beaucoup de danse, durement affectée par les annulations pandémiques, et surtout des créatrices et créateurs d’ici, étant donné les voyages restreints. Le FTA répond au nécessaire face aux dangers.

Pour célébrer notre deuxième anniversaire, voici le premier de sept textes (critiques, citations et entrevue) portant sur la littérature et les membres des Premières Nations, des livres qui bâtissent des ponts vers une éventuelle réconciliation entre les habitants de ce vaste Kanata. Comme nous faisons les choses autrement à En toutes lettres, nous vous suggérons aujourd’hui de retourner dans le temps afin de souligner l’importance de la grande pionnière innue An Antane Kapesh, rééditée récemment chez Mémoire d’encrier.


Il faut compter An Antane Kapesh au nombre des écrivains qui fondent une littérature, qui établissent des précédents. Écrivains sur les pas desquels d’autres s’empresseront de marcher, heureux/ses de reconnaître que prend forme en eux une ascendance notable. En peu de temps, les deux écrits, peu recensés de l’écrivaine innue dans leur édition originale de la fin des années 1970, ont été réédités par Mémoire d’encrier, à l’initiative de Naomi Fontaine, l’auteure de Kuessipan.