La culture du viol. Ceux et celles qui ont encore peur de l’expression peuvent continuer à lire leurs journaux à potins. Pour les autres, c’est bel et bien du pouvoir des hommes sur le corps des femmes dont il est question dans La brèche (The McAlpine Spillway) (La brèche) de Naomi Wallace, fort habilement mis en scène par Solène Paré à Espace GO.

Ève Pressault, Étienne Lou, Alexis Martin et Dominique Pétin dans Le virus et la proie, photo: Jérôme Battaglia

En avoir ou pas, du pouvoir ? Le virus et la proie de Pierre Lefebvre est un texte coup de poing qui aborde toutes les formes de pouvoir. En long et en large, du plus grand au plus petit. Cette dénonciation de la violence et des injustices est disponible en webdiffusion ou en salle les 6, 9 et 10 juin au FTA dans une mise en lecture de Benoît Vermeulen.