POÉSIE: La société des cendres remporte le GG

Le recueil de Martine Audet La société des cendres suivi de Des lames entières reçoit le Prix littéraire du Gouverneur général 2020 en poésie. La qualité de la littérature des femmes est mise en évidence encore une fois cette année puisque les récompenses du meilleur roman et du meilleur essai vont respectivement à Sophie Létourneau (Chasse à l’homme) et Frédérique Bernier (Hantises).

Le dramaturge Martin Bellemare a vu sa pièce Cœur minéral (Dramaturges éditeurs) récompensée par le GG en théâtre. Honneur bien mérité pour cet auteur dont les pièces ont été beaucoup jouées en Europe francophone. Deux de ses pièces ont d’ailleurs été retenues au répertoire de la Comédie-Française. Son texte Maître Karim la perdrix (Prix SACD en dramaturgie francophone 2018), qui devait prendre l’affiche dans quelques jours au Luxembourg, sera finalement créé à l’automne 2022 en raison de la pandémie.

La poète Martine Audet reçoit, pour sa part, cette récompense majeure après avoir été finaliste à quatre reprises au Prix du Gouverneur général en poésie. Publié aux Éditions du Noroît, La société des cendres est son 15e recueil de poèmes.

Notre entrevue avec Martine Audet :

LITTÉRATURE: La fragile voix forte de Martine Audet

Dans la catégorie roman et nouvelles, Chasse à l’homme de Sophie Létourneau est son premier livre publié aux Éditions de La Peuplade. Professeure à l’Université Laval, elle avait publié auparavant: Polaroïds (Québec Amérique), Chanson française et L’été 95 (Le Quartanier).

Notre critique de Chasse à l’homme :

LITTÉRATURE: Discours de fragments amoureux

Enfin, le prix du GG pour l’essai revient à Hantises de Frédérique Bernier, publié chez Nota Bene. Enseignante en littérature au collégial, l’essayiste pratique une écriture hybride. Son livre La voix et l’os, Imaginaire de l’ascèse chez Saint-Denys Garneau et Samuel Beckett a été finaliste au Prix Gabrielle-Roy 2010 de l’Association des littératures canadiennes et québécoise (ALCQ).

Prix francophone international

De son côté, le Festival de la poésie de Montréal annoncé que la lauréate du tout premier Prix francophone international était remis à la poète, essayiste et traductrice franco-roumaine Linda Maria Baros, pour son recueil La nageuse désossée. Légendes métropolitaines, publié par les éditions Le Castor Astral en 2020.

Linda Maria Baros se voit décerner une bourse de 5000 $, en plus d’être invitée à participer au festival français Voix vives de Méditerranée. Partenaire du Prix, le festival se tiendra du 23 au 31 juillet 2021.

Le FPM a diffusé sur Facebook le discours de réception de la lauréate le 31 mai, à midi. La vidéo demeurera en ligne jusqu’au 30 juin. Une mention spécial du jury a été décernée à Chehem Watta pour Foudres, livre publié par les éditions Bernard Dumerchez en 2020.


Liste complète des lauréat·e·s : livresgg.ca

Festival: festivaldelapoesiedemontreal.com