Les futurs ont de l’avenir et tous paraissent possibles si l’on pense aux crises qui se succèdent. Dans le recueil de nouvelles Futurs, sous la direction de Mathieu Villeneuve, lui et neuf autres écrivain.e.s ont imaginé ce qui pourrait survenir dans notre planète à la dérive demain, après-demain et plus loin encore. La revue LQ nous propose, de son côté, un autre excellent numéro intitulé Dystopies- Rêveries acides. Puis, nous porterons notre regard sur un maître du fantastique québécois, Alain Gagnon (1947-2017), qui a laissé derrière lui une œuvre importante quoique malheureusement méconnue.

Au moment où l’on se pose beaucoup de questions sur l’après-pandémie, voici deux excellents romans qui fictionnalisent des réponses possibles. Science-fiction, dystopie, anticipation, peu importe l’étiquette, Grégoire Courtois et Olga Ravn décrivent des mondes où la valeur humaine ne tient plus qu’à sa fonction de travailleur ou, en fait, d’esclave d’un pouvoir obscur, froid, machiavélique. Le travail, quand on ne sait plus à quoi ou à qui il sert, arme ultime et aliénante du capitalisme sauvage.