Re ; Incarnation, photo: Jean Couturier

Le 16e FTA s’est ouvert avec avec la première visite à Montréal de Qudus Onikeku et de son spectacle Re : Incarnation. En entrevue, le chorégraphe nigérian explique qu’au-delà de la danse, c’est une communauté globale d’esprits artistiques qu’il veut créer depuis Lagos. Il s’intéresse aux idées et aux cultures afin de les laisser s’emparer des corps.

Ils sont de plus en plus nombreux les centres d’art et de culture de qualité à ouvrir un peu partout sur le territoire du Québec. Quittant Montréal en passant par la 20 pour aller vers la capitale, le voyageur a peu d’opportunités pour visiter des expositions d’art actuel. Passé Saint-Hyacinthe, on compte sur le doigts ces occasions. Mais la région du Centre-du-Québec s‘anime maintenant grâce à l’implication d’acteurs voulant offrir de ces lieux au public. On connaît la Fondation Grantham pour l’art et environnement à Saint-Edmond-de-Grantham. Il faut y ajouter le Carré 150 de Victoriaville qui réunit des équipements pour la salle et l’art de qualité, dans un écrin des plus attrayants.

L’excellent roman Bermudes de Claire Legendre (Leméac) fait partie d’une trilogie incluant un documentaire (Bermudes (Nord) ) et une création scénique (à venir). Les quais accostés – souvenirs, relations amoureuses, ruptures, solitude, mélancolie – ouvrent le sens plutôt que de le réduire. Sur un continent qui peut écorcher autant qu’il peut faire sourire. Là où les doubles de soi se multiplient dans le brouillard de la vie.