Mois : avril 2020

VOIX DE POÈTES: Annie Landreville

Annie Landreville, photo : Sébastien Raboin

Dans ce deuxième épisode de la série de lectures de poésie d’En toutes lettres, voici Annie Landreville.

LITTÉRATURE: Sublime amour

Figure majeure de notre littérature, Hélène Dorion pourrait se reposer sur ses lauriers. En 37 ans de publication, elle a beaucoup écrit et reçu des honneurs mérités. Mais ce serait mal la connaître. L’autrice aime le danger, le risque. Avec son roman Pas même le bruit d’un fleuve, elle continue ses recherches, mais elle va, surtout, ailleurs. Elle y a trouvé un sentier ouvert aux quatre vents et aux mystères de l’amour.

LITTÉRATURE: Le Québec d’avant le Québec

Dans son livre La Préhistoire du Québec, Patrick Couture interroge tout ce qu’il peut pour en arriver à nommer ce que nous sommes. Il sonde la terre, la réalité géologique de notre coin de pays; en plus des arrivées humaines en ce Nouveau Monde, celles d’avant Champlain. Il a fallu du temps et bien des métamorphoses, bien des migrations pour que le Québec devienne ce qu’il est, habité des gens tels qu’ils sont! Quelle est donc cette préhistoire de notre coin de pays?

THÉÂTRE: 1, 2, 3 coups… chez soi

Indira Varma dans Tiger Country – Hampstead Theatre, photo :

Le FTA n’aura pas lieu cette année, mais il est possible de visionner des mises en scène de quelques-uns des artistes chéris du festival dont Peter Brook, Thomas Ostermeier et Denis Marleau, et ce, gratuitement, sur le web. Plus près de nous, le CEAD continuera également. dès mercredi le 22 avril, sa série de Monologues intérieurs.

LITTÉRATURE: Prémonitions

Le prolifique Louis-Philippe Hébert nous arrive avec six nouvelles, réunies dans le recueil Essais cliniques aux laboratoires Donadieu, qui hument parfaitement l’air du temps présent. Même que, dans bien des cas, elles ont précédé le vent sifflant en ce moment sur nos têtes. Voici le regard unique d’un conteur-né qui, avant qu’il ne soit trop tard, nous donne, maintenant que nous le lisons, des pistes de réflexions pour l’après.

LITTÉRATURE: Prose mordante

Tanya Tagaq est une artiste connue qui a déjà remporté le prix Polaris pour son album Animism, en 2014. Son répertoire se fonde d’abord sur les traditionnels chants de gorge inuits mais s’étend bientôt à des prestations plus expérimentales. Ses collaborations avec Björk, avec qui elle se sent des affinités, ont aussi aidé à la faire reconnaître comme artiste mêlant le traditionnel à l’avant-garde.

LITTÉRATURE: De l’autre côté du miroir

Le deuxième roman de Mélissa Grégoire aborde la délicate question de la dépression de façon attentive et courageuse. Dans une période de réclusion comme la nôtre, cette démarche empreinte de sincérité est d’autant plus bienvenue que le mal-être de l’âme peut attaquer insidieusement les personnes en isolement tout en restant l’objet d’énormément de tabous.

LITTÉRATURE: Nous serons esclaves

Au moment où l’on se pose beaucoup de questions sur l’après-pandémie, voici deux excellents romans qui fictionnalisent des réponses possibles. Science-fiction, dystopie, anticipation, peu importe l’étiquette, Grégoire Courtois et Olga Ravn décrivent des mondes où la valeur humaine ne tient plus qu’à sa fonction de travailleur ou, en fait, d’esclave d’un pouvoir obscur, froid, machiavélique. Le travail, quand on ne sait plus à quoi ou à qui il sert, arme ultime et aliénante du capitalisme sauvage.