Non de nom, photos : Ariane Plante

Non de nom représente une synthèse du travail de Line Nault depuis 20 ans. C’est à la fois une remise en question de la thématique très actuelle des identités, entre le viscéral et le politique, et un remisage des « identités » artistiques. L’artiste cherche à dépasser les étiquettes et autres idées préconçues qui nuisent au rapprochement entre humains.

Les futurs ont de l’avenir et tous paraissent possibles si l’on pense aux crises qui se succèdent. Dans le recueil de nouvelles Futurs, sous la direction de Mathieu Villeneuve, lui et neuf autres écrivain.e.s ont imaginé ce qui pourrait survenir dans notre planète à la dérive demain, après-demain et plus loin encore. La revue LQ nous propose, de son côté, un autre excellent numéro intitulé Dystopies- Rêveries acides. Puis, nous porterons notre regard sur un maître du fantastique québécois, Alain Gagnon (1947-2017), qui a laissé derrière lui une œuvre importante quoique malheureusement méconnue.