C’est un événement : une dizaine de longs métrages adaptés de bouquins dans un festival comme Cinémania. Du jamais vu et lu, foi de Guilhem Caillard, directeur général de cet événement qui a lieu en salle et en ligne jusqu’au 14 novembre.

Les filles du Saint-Laurent, toutes les photos de répétition : Valérie Remise

C’est une rareté au théâtre : assister à un extrait de pièce déjà prête des mois avant sa présentation à Montréal. Tout aussi particulier est le fait que l’équipe du texte de Rébecca Déraspe en collaboration avec Annick Lefebvre, Les filles du Saint-Laurent, et mis en scène par Alexia Bürger se soit prêtée à ce jeu quelque heures à peine avant de s’envoler vers Paris où le spectacle sera à l’affiche du Théâtre de la Colline du 4 au 21 novembre.

Kairos et Uno Zero Zero Uno d’Andrea Peña, photo : Romain Lorraine

Toutes les fois qu’on visite une exposition ou qu’on assiste à un spectacle dans l’un des 25 lieux chapeautés par les 19 Maisons de la culture (MDLC) de Montréal, on constate qu’il s’agit d’une richesse incalculable pour la vie culturelle sur l’île. Cet automne seulement, mille activités en grande partie gratuites – spectacles, expositions, médiation culturelle et résidence d’artistes – ont lieu dans une maison près de chez vous. Sortez!

Éric Mathieu, photo: Chantale Lecours

Le troisième roman d’Éric Mathieu cristallise un style unique nageant dans les eaux glauques du subconscient. Dans la solitude du terminal 3 décrit le passage à l’âge adulte d’un jeune homme troublé, anxieux et dépendant affectif. À peu près tous les personnages souffrent de la solitude dans ce récit mystérieux, hanté par la figure maternelle.

Maxime Denommée, photo: Rolline Laporte

Maxime Denommée met en scène Ulster American à La Licorne. Cette pièce de David Ireland, traduite par Français Archambault, fait s’affronter des cultures et des idéologies issues des États-Unis, de l’Irlande et de la Grande-Bretagne. Une triade anglo-saxonne où le machisme et l’hypocrisie forment un couple explosif.

Dominique Leduc, photo: Julie Perreault

Le 10e festival Phénomena s’ouvre aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 22 octobre. Cette célébration de l’hybridité en arts vivants propose huit spectacles en salle, huit performances en extérieur et deux expositions. De l’hétéroclite à l’étrange en passant par l’éclaté. La comédienne Dominique Leduc (en nomination aux Prix Gémeaux cette année pour Faits divers) effectue un plongeon « phénoménal » dans Paysages avec créatures.

Peter James, photo: Dana Michel

Peter James est prêt à tout risquer pour atteindre le pays des merveilles, celui où il peut exister librement. Pendant deux soirs au Théâtre La Chapelle, le chapelier toqué et ses amis (s’)offriront de la création à l’état pur où le très noir et le violent se marieront aux éclairs de génie et à la poésie. Deux « anti-shows » de six heures avec des beaux fous et folles comme lui. À leurs risques et périls et envies!

Claude Poissant aime se lancer des défis. En voici un de taille : adapter un texte célèbre de Franz Kafka, La métamorphose, au théâtre. Comment passer du livre à la scène quand les dialogues sont presque inexistants dans la version papier ? Sans flafla, en y mettant du sien et avec un bon acteur, Alex Bergeron, répond le metteur en scène et directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier.