Une journée, photos: Emmanuelle Bois

Olivia Palacci peut tout faire. Passée dans sa moulinette à idées de metteuse en scène, la pièce de Gabrielle Chapdelaine, Une journée, devient une téléréalité qui se déroule en 24 heures, mettant en lumière des décors, des costumes et des personnages colorés qui souhaitent sortir de la banalité de leur routine.

Émilie Monnet dans Okinum, photo: Antoine Raymond

Émilie Monnet, d’origine anishnaabe et française, nous présente une nouvelle mouture de sa pièce Okinum, offerte une première fois en 2018 et récemment publiée aux éditions Les Herbes rouges. Cette nouvelle version semble faire une quinzaine de minutes de moins que celle du Théâtre d’Aujourd’hui. Elle a sans doute gagné en efficacité, ce faisant. Et en intensité!

Ève Landry dans We are shining forever à la recherche de l’entrée du royaume des morts, photos: Valérie Remise

Dans le cadre du Festival Phénomena, We are shining forever à la recherche de l’entrée du royaume des morts est un spectacle/célébration des morts vivant en nous. Des morts pas vraiment morts et des vivants pas toujours vivants. Entre rêve et réalité, un spectacle sur ce qu’il en restera : la littérature.

Miro Lacasse, Pascal Contamine et Émilie Dionne dans Nostalgie 2175, photos: Maxime Côté

La magnifique ancienne Chapelle des Hospitalières, dans l’enceinte de l’hôpital Hôtel-Dieu, accueille jusqu’au 24 septembre la pièce Nostalgie 2175 de la dramaturge allemande Anja Hilling. La somptueuse mise en scène in situ de Geneviève L. Blais fait apparaître la richesse de ce texte dystopique, mais sans cacher, malheureusement, ses quelques longueurs.

Amélie Dallaire et Sébastien David dans Une fille en or, photos : Jessica Garneau

La pièce Une fille en or de Sébastien David, qu’il a écrit, met en scène et dans laquelle il joue, est un rêve éveillé où le grotesque côtoie la poésie, le tragicomique et la métaphore dans un déploiement imaginaire impressionnant. Avec la comédienne Amélie Dallaire, le dramaturge-metteur en scène-interprète s’amuse à nous faire voyager au-delà du réel.

Philippe Cyr, photo: Gaelle Leroyer

Établir une première programmation à la direction artistique d’un théâtre est un exercice périlleux, encore plus quand les choix se font dans l’ombre d’une pandémie mondiale. Au Prospero, Philippe Cyr a préparé un heureux programme de 13 spectacles internationaux et québécois dans un esprit de continuité avec sa prédecesseure, Carmen Jolin.