Mélanie Demers met en scène sa toute première pièce de théâtre, Déclarations, un texte du réputé dramaturge et écrivain canadien Jordan Tannahill. Pour ce faire, la choréagraphe s’est entourée d’une équipe toute étoile, dont cinq interprètes appelés à bouger autant qu’à jouer. Cet hommage à la vie a été inspirée par la mort de la mère du dramaturge qui vit maintenant à Londres. Au Prospero dès le 1er novembre.

Ève Landry dans We are shining forever à la recherche de l’entrée du royaume des morts, photos: Valérie Remise

Dans le cadre du Festival Phénomena, We are shining forever à la recherche de l’entrée du royaume des morts est un spectacle/célébration des morts vivant en nous. Des morts pas vraiment morts et des vivants pas toujours vivants. Entre rêve et réalité, un spectacle sur ce qu’il en restera : la littérature.

Le poète Frédéric Dumont a déménagé, mais il a gardé sa chambre. Survivant à la fermeture de la maison d’édition l’Écrou, il retrouve chez Les herbes rouges la même liberté lui permettant d’être à l’écoute de l’intime et du langage. Ce qui le sauve, ce qui l’aide à maintenir le rythme et le souffle dans sa Chambre minimum, son quatrième recueil.

Quelqu’une, photo: Éva-Maude TC

Du 26 mai au 5 juin, le 16e OFFTA présente ses nouveaux espaces de création et d’exploration, des laboratoires qui deviendront les spectacles de demain. C’est l’occasion pour le public d’exercer son oeil fouineur avec ce plaisir toujours renouvelé de la découverte. Dans cet esprit, Camille Paré-Poirier présente Quelqu’une en tentant de raconter une mort ordinaire, celle d’une proche.

Re ; Incarnation, photo: Jean Couturier

Le 16e FTA s’est ouvert avec avec la première visite à Montréal de Qudus Onikeku et de son spectacle Re : Incarnation. En entrevue, le chorégraphe nigérian explique qu’au-delà de la danse, c’est une communauté globale d’esprits artistiques qu’il veut créer depuis Lagos. Il s’intéresse aux idées et aux cultures afin de les laisser s’emparer des corps.

Ils sont de plus en plus nombreux les centres d’art et de culture de qualité à ouvrir un peu partout sur le territoire du Québec. Quittant Montréal en passant par la 20 pour aller vers la capitale, le voyageur a peu d’opportunités pour visiter des expositions d’art actuel. Passé Saint-Hyacinthe, on compte sur le doigts ces occasions. Mais la région du Centre-du-Québec s‘anime maintenant grâce à l’implication d’acteurs voulant offrir de ces lieux au public. On connaît la Fondation Grantham pour l’art et environnement à Saint-Edmond-de-Grantham. Il faut y ajouter le Carré 150 de Victoriaville qui réunit des équipements pour la salle et l’art de qualité, dans un écrin des plus attrayants.

Dominique Leclerc dans i/o, photos: Valérie Remise

Après Post humains, Dominique Leclerc s’est promenée dans plusieurs tribunes pour parler de… posthumanisme. Elle a rencontré des experts de toutes sortes qui l’ont amené à pousser plus loin sa réflexion sur l’avenir. Présentement à l’affiche du CTDA, i/o met en scène ses préoccupations sur ce qui restera de la vie après la vie.

Les filles du Saint-Laurent, toutes les photos de répétition : Valérie Remise

C’est une rareté au théâtre : assister à un extrait de pièce déjà prête des mois avant sa présentation à Montréal. Tout aussi particulier est le fait que l’équipe du texte de Rébecca Déraspe en collaboration avec Annick Lefebvre, Les filles du Saint-Laurent, et mis en scène par Alexia Bürger se soit prêtée à ce jeu quelque heures à peine avant de s’envoler vers Paris où le spectacle sera à l’affiche du Théâtre de la Colline du 4 au 21 novembre.