Court et dense, le plus récent livre de Mahigan Lepage s’ancre dans la dignité de ceux et celles qui ont voyagé, vécu et se sont installés en pays de Matapédia. Nouveaux arrivants et longtemps arrivés se collettent et se solidarisent. Quelque chose de grand dans ce Peuplement. Comme un mieux-vivre ensemble.

Pendant que le débat fait rage sur la cession ou non du territoire de l’île de Montréal aux Européens au 16e siècle, l’anthropologue Roland Viau lance de nouvelles et intéressantes hypothèses dans son plus récent essai : Gens du fleuve, gens de l’île. Hochelaga en Laurentie iroquoienne au XVIe siècle. L’histoire est toujours à réécrire, dit-on, surtout d’un point de vue du mode d’occupation et du concept de propriété du territoire.

Olivier Aubin dans Vers solitaire, photos: Charles Lafrance

Rare spectacle à avoir eu lieu en zone rouge pandémique l’an dernier, Vers solitaire se poursuit jusqu’au 30 octobre dans les rues du centre-ville. Quatre metteuses et metteurs en scène, quatre interprètes, mais un.e seul.e à la fois face à un.e seul.e spectatrice.teur. Également, un seul auteur et directeur artistique, Olivier Choinière, s’imposant ici en véritablement maître de l’art de la déambulation.

Thao Nguyen Phan, Becoming Alluvium, 2019, vue d’installation à Occurrence dans le cadre de MOMENTA 2021. Photo : Jean-Michael Seminaro

Thao Nguyen Phan est une artiste vietnamienne qui dit vouloir créer – dans un amalgame qui réunit peinture, installation, vidéo et performance – des champs théâtraux. En ceux-ci, prennent corps des histoires aux références anciennes et des réalités actuelles. Becoming Alluvium, à la galerie Occurrence, donne de cette volonté un exemple saisissant.

BUSH Gallery (Gabrielle L’Hirondelle Hill, Peter Morin, Tania Willard) + les enfants, la famille, le territoire et les chiens, vue de l’exposition MOMENTA x OPTICA DIFFRACTION. DE LA LUMIÈRE ET DU TERRITOIRE, 2021. Matériaux divers.
Avec l’aimable autorisation des artistes. Crédit photo : Paul Litherland

Lors de notre dernière recension, nous avons couvert l’exposition de Bertrand Carrière. Elle faisait partie du programme satellite de Momenta. Biennale de l’image. La thématique principale de l’événement, Quand la nature ressent, a guidé le choix des commissaires Stefanie Hessler, Camille Georgeson-Usher, Maude Johnson et Himali Singh Soin. La présente exposition, Diffraction. De la lumière et du territoire, tenue à la Galerie Optica, est une des déclinaison de cette perspective englobante. Elle réunit les œuvres des artistes autochtones Gabrielle L’Hirondelle Hill, Peter Morin et Tania Willard, alliés sous la bannière BUSH Gallery.

Photo: Alain Rouiller — Trois-Rivières 1869, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24551713

L’hiver pandémique a assez duré. Place au « printemps des poètes », le dégel provoqué par le 37e Festival international de poésie de Trois-Rivières. Là où les mots réchauffent et font fondre les cœurs.

Exposition Irlande et Miroirs acoustiques de Bertrand Carrière à la galerie Simon Blais, vue d’ensemble, photo: Guy L’Heureux

Présentée à la Galerie Simon Blais et recommandée dans le cadre du programme satellite de MOMENTA 2021, l’exposition Irlande et Miroirs acoustiques de Bertrand Carrière réunit trois corpus photographiques : deux portant sur l’Irlande (1986 et 2019) et un troisième sur les miroirs acoustiques, structures de béton se dressant dans le Kent et le Yorkshire, en Angleterre. Des « apparitions mémorables » pour le photographe.

Sébastien Ricard dans Rêve et folie, photos: Valérie Remise

Théâtre ou littérature? Le Festival international de la littérature de Montréal vibre dans cette mince tranchée ouverte par des créations uniques et capables de marier parfaitement les deux disciplines. C’est le cas de cette œuvre de Brigitte Haentjens, Rêve et folie, mettant en vedette un Sébastien Ricard des plus intense, inspiré, incandescent. Vu dans la 5e Salle de la Place des arts.