Crowd de Gisèle Vienne, photo: Estelle Hanania

Une programmation en deux temps saisonniers, quatre mouvements forts et un total de 15 moments singuliers à l’Usine C pour la dernière saison de Danièle de Fontenay, à qui succédera Angela Konrad à la direction générale et artistique dès la semaine prochaine. Que de grands noms en danse et en théâtre… puis des découvertes à faire ou à refaire!

Philippe Cyr, photo: Gaelle Leroyer

Établir une première programmation à la direction artistique d’un théâtre est un exercice périlleux, encore plus quand les choix se font dans l’ombre d’une pandémie mondiale. Au Prospero, Philippe Cyr a préparé un heureux programme de 13 spectacles internationaux et québécois dans un esprit de continuité avec sa prédecesseure, Carmen Jolin.

Bluff, photos: André-Anne Laroche

Après quelques délais covidiens, le spectacle en téléprésence Bluff , des Productions Quitte ou Double, sera enfin présenté à Montréal et simultanément ailleurs au Québec. Les technologies de l’image ont changé nos vies. La pièce pose la question de l’authenticité dans ce contexte où se confondent perceptions et réalités. La metteuse en scène Mireille Camier nous en parle.

Le deuxième roman de Valérie Roch-Lefebvre, Tout ce que j’ai fait pour ne pas quitter ma chambre, s’inscrit dans la suite logique de son premier, l’excellent Bannie du royaume. Dans cette « chambre minimum », pour emprunter le titre du récent recueil poétique de Frédéric Dumont, le propos s’affine et devient encore plus saisissant. Entrevue avec une autrice qui investit les âmes fragiles dans une recherche constante de vérité.

Après six livres, dont trois aux Herbes rouges, Jean-Sébastien Huot a trouvé un nouveau toit, la maison d’édition Mains libres, dirigée par Stéphane Despatie et Corinne Chevarier, afin d’y publier un recueil de poésie regroupant ses propres illustrations. Demeures renvoie à la matrice, au réconfort maternel, à la confiance qu’elle donne pour affronter le monde.

Robert Cookson dans Eklats, photo : Collectif Cookson-Lachance

L’avenir du cirque est déjà là. Et c’est un peu beaucoup celui des arts vivants en général qui s’y joue en raison d’une volonté hautement inclusive et interdisciplinaire. Depuis quelques années, le festival Montréal complètement cirque (MCC) démontre que les arts circassiens peuvent englober les autres sans coup férir. Ce n’est pas un hasard si plusieurs des jeunes artistes d’avant-garde sont passés par l’École nationale de Montréal. Et ça ne fait que commencer…

Le poète Frédéric Dumont a déménagé, mais il a gardé sa chambre. Survivant à la fermeture de la maison d’édition l’Écrou, il retrouve chez Les herbes rouges la même liberté lui permettant d’être à l’écoute de l’intime et du langage. Ce qui le sauve, ce qui l’aide à maintenir le rythme et le souffle dans sa Chambre minimum, son quatrième recueil.