Antoine Desjardins est de cette lignée d’écrivain.e.s qui se préoccupent avant tout de l’état de notre planète ignée. Indice des feux est un premier recueil convaincant de sept nouvelles qui s’intéressent à toutes les sortes d’incendies. Les petits et les grands, directement ou indirectement causés par l’homme, qui coupent maintenant et couperont encore demain nos lignes de vie.

Ils ont révolutionné le petit monde de la poésie québécoise depuis plus de 10 ans en créant une maison ouverte aux quatre vents et en donnant un espace aux nouvelles voix comme Maude Veilleux, Frédéric Dumont, Marjolaine Beauchamp, Daniel Leblanc-Poirier, Daphné B. , Shaw Cotton… Des poètes qui font la poésie québécoise contemporaine. Mais Jean-Sébastien Larouche et Carl Bessette ont donné leur dernier tour d’Écrou. Leur maison d’édition fermera ses portes cette année.

Rosalie Lessard, photo: Béatrice Vézina-Bouchard

Voir une œuvre poétique naître, grandir, se déployer, voire exploser relève du bonheur chez un lecteur. Après avoir remporté le prix Émile-Nelligan et celui de l’Académie des lettres pour L’observatoire en 2016, Rosalie Lessard confirme son regard unique avec son quatrième recueil, Les îles Phœnix. Elle témoigne de ce qu’elle voit pour reprendre le beau titre d’Élise Turcotte, rendant compte ici de la vie de femmes extraordinaires.

Catherine Cormier-Larose, photo: Chloé Charbonneau

Catherine Cormier-Larose sera la nouvelle codirectrice générale et artistique du Festival international de poésie de Montréal. Elle succédera à la directrice générale et artistique Isabelle Courteau, poète cofondatrice du FPM et de la Maison de la poésie de Montréal, qui quittera ses fonctions à la fin de 2021.

Plus de 114 000 travailleurs culturels ont perdu leur emploi au Canada en 2020, soit une personne sur quatre œuvrant dans ce domaine. La pandémie a particulièrement ravagé le théâtre et les arts de la scène, puisque les compagnies d’arts d’interprétation – ce qui exclut le cinéma et la télévision – ont connu une baisse de 41 % du nombre d’emplois et de 60% en heures travaillées. Une véritable hécatombe.

Les futurs ont de l’avenir et tous paraissent possibles si l’on pense aux crises qui se succèdent. Dans le recueil de nouvelles Futurs, sous la direction de Mathieu Villeneuve, lui et neuf autres écrivain.e.s ont imaginé ce qui pourrait survenir dans notre planète à la dérive demain, après-demain et plus loin encore. La revue LQ nous propose, de son côté, un autre excellent numéro intitulé Dystopies- Rêveries acides. Puis, nous porterons notre regard sur un maître du fantastique québécois, Alain Gagnon (1947-2017), qui a laissé derrière lui une œuvre importante quoique malheureusement méconnue.